Un an plus tard – Réflexions de Khairunnisa (Inda) Intiar

“Un an après avoir terminé mon séjour de 10 jours à bord du Polar Prince, je dois dire que l’étape 3 de l’expédition Canada C3 a changé ma vie de multiples façons, grâce aux gens que j’y ai rencontrés, aux histoires que l’on m’y a racontées et aux leçons que j’y ai apprises.”

Ce sont les paroles de Khairunnisa (Inda) Intiar, nouvelle arrivée, analyste de marchés et rédactrice qui explique comment son expérience avec Canada C3 l’a inspirée à s’activer une fois de retour chez elle, dans les Maritimes.

Inda parle au sujet de la diversité et l’inclusion pendant notre événement à Petit-Rocher, New Brunscwick (c) Jo-Ann Wilkins/SOI Foundation

Dix jours, ça peut sembler court, mais ça m’a donné le temps de voir différemment mon chez-moi, les Maritimes, ainsi que les notions de patriotisme, de diversité, d’inclusion et de réconciliation. J’y ai trouvé l’inspiration de travailler sur des projets qui me font me sentir vivante et de créer une communauté dont j’ai longtemps rêvé. Voici deux autres leçons tirées de Canada C3 :

Explorer chez soi :
C3 a ravivé en moi un esprit d’aventure et d’apprentissage. J’ai adoré visiter de nouveaux endroits, rencontrer de nouvelles personnes et apprendre de nouvelles choses tous les jours sur le bateau. Cela m’a donné envie d’en savoir plus sur ce que le Canada a à offrir. Je veux en apprendre davantage sur son histoire, tant le bon que le mauvais. Je veux connaître ses défis, ses enjeux et ses possibilités. Je veux en savoir beaucoup plus sur les peuples autochtones de l’île Turtle, en particulier ceux sur les territoires desquels je vis au Nouveau-Brunswick. Je veux voir des côtes, des falaises, des océans, des lacs et tout le reste. Je veux savoir où est ma place dans ce lieu où je me sens chez moi.

Avec Anna Velasco et Mélanie-Rose Frappier sur Les Îles de la Madeleine (c) Jo-Ann Wilkins/SOI Foundation

Grâce aux recommandations d’Aryn, un autre participant de l’étape 3, je me suis donc créé une liste de lectures et de balados pour en apprendre davantage sur les questions autochtones. J’ai commencé à reprendre des cours de français et à participer à des cercles de conversation. Je suis un peu meilleur, mais j’ai encore beaucoup à faire avant de pouvoir parler couramment. Cet été, je me suis aussi fait un point d’honneur de visiter des endroits que je n’ai jamais visités dans les Maritimes (et ils sont si nombreux !). Mes amis et moi avons pu admirer de magnifiques paysages, mais nos visites le long des côtes de la Nouvelle-Écosse, de l’Île-du-Prince-Édouard et du Nouveau-Brunswick nous ont aussi menés à l’histoire acadienne, mi’kmaq et afro-canadienne, et aux histoires des industries qui ont connu leur essor et leur déclin. Il y a encore tant de choses à explorer dans les Maritimes. J’espère me rendre à Terre-Neuve-et-Labrador et dans tout l’Ouest canadien au cours des prochaines années.

La différence qu’un citoyen peut faire :
À bord du navire se trouvait une foule de personnes qui, dans leur vie quotidienne, font une différence au Canada et dans le monde par le biais de leur organisme sans but lucratif et œuvres de bienfaisance, grâce à leurs recherches, leur art, via les expéditions qu’elles organisent ou auxquelles elles participent, par le dialogue qu’elles facilitent. J’ai toujours cru que tout le monde peut contribuer à rendre une communauté plus forte, mais le fait de rencontrer ces gens sur le navire m’a encouragée à le faire à mon tour et à entreprendre quelque chose. Après tout, si vous voyez un problème, il faut y trouver une solution et travailler à sa mise en œuvre, plutôt que d’attendre que le gouvernement apporte des changements.

C’est en partie pour cette raison que mon ami et moi avons lancé un projet sur la diversité et l’inclusion appelé Woven Cultures, qui s’adresse aux enfants et aux jeunes. Nous sommes toujours en rodage avec nos partenaires, mais jusqu’à présent, nous avons présenté des ateliers à environ 100 jeunes dans des écoles, des clubs garçons et filles et des événements multiculturels. Nous avons également organisé des activités pour les adultes. Notre objectif est de montrer que la diversité enrichit nos vies et que l’inclusion passe par le respect mutuel.

Danse Communautaire au Parc avec Woven Cultures et Katimavik. (c) Woven Cultures


Et parce que j’ai vu de mes propres yeux comment le dialogue peut changer les cœurs et les esprits à bord du navire, j’essaie de faire de mon mieux pour favoriser les conversations entre personnes d’origines différentes, en particulier pour que les voix minoritaires et incomprises puissent raconter leurs propres histoires. Que ce soit par l’entremise de la mosquée, en siégeant à un conseil d’administration sans but lucratif, en participant à des projets avec les jeunes ou par d’autres moyens dans ma vie quotidienne et mon travail, j’essaie d’en faire un peu pour contribuer à renforcer la communauté.

Tournée Mer à Terre au Petit Rocher, NB (c) Jo-Ann Wilkins/SOI Foundation