Un an plus tard – Réflexions de Lillian Howard

Aujourd'hui, nous marquons le 52e anniversaire du décès de Chanie Wenjack, un garçon Ojibwe Anishinaabe âgé de 12 ans qui est mort en tentant de fuir son pensionnat en Ontario. Sa mort avait déclenché une enquête et soulevé des questions éthiques quant à l'impact des pensionnats sur les peuples autochtones. Cet impact continue de se faire sentir partout au Canada aujourd'hui. C'est pourquoi plusieurs de nos participants autochtones, tels que Lillian Howard, ont hésité à se joindre à Canada C3.

Mon nom est Lillian Howard de la Première nation Mowachaht-Muchalaht et de l’ascendance Nuu-chah-nulth, Kwakwaka’wakw et Tlingit. J’habite à Vancouver et je suis un défenseur de la justice autochtone, sociale et environnementale.

G à D: Andrea Reid, Koosen Pielle, Racelle Kooy, Lillian Howard, Natan Obed

Jusqu’à mon arrivée à l’aérogare Sud de Vancouver, je ne voulais pas participer à l’expédition Canada C3, parce qu’en tant qu’Autochtone, je ne voulais pas célébrer le cent cinquantième anniversaire du Canada.
À titre de coprésidente du Vancouver Indigenous Urban Advisory Committee, j’ai été très impliquée dans le programme Canada 150+ de Vancouver. Le « plus » symbolisait la commémoration des peuples et des cultures autochtones d’un point de vue autochtone, en reconnaissant la colonisation et en cultivant pour le futur un esprit de réconciliation. Après une longue discussion avec ma fille Cheleah, j’ai décidé d’accepter l’invitation et de me joindre à C3. Cela s’est avéré être un voyage incroyable.

J’ai été très soulagée de voir qu’il y avait 3 autres femmes autochtones pour l’étape 15 de l’expédition : Racelle Laloya Kooy, Amanda Reid et Koosen Pielle, sans compter Chef inuit Natan Obed qui s’est aussi joint à notre voyage. À nous cinq, nous avons partagé nos connaissances de première main sur l’impact de la colonisation sur les peuples autochtones et sur la façon dont le traumatisme historique se poursuit et affecte nos familles et nos communautés. Pour moi, il était important de raconter mon histoire et de souligner qu’il existe des politiques négatives continues qui oppriment les peuples autochtones à l’intérieur et à l’extérieur des réserves et que le racisme qui existe à tous les niveaux de la société. J’étais consciente que, dans un esprit de réconciliation, il était important pour moi d’écouter et de participer aux activités de l’expédition célébrant l’anniversaire du Canada. Celles-ci étaient axées sur quatre thèmes : diversité et inclusion, réconciliation, implication des jeunes et environnement. J’ai été heureuse d’apprendre qu’il y avait des représentants autochtones à chacune des 15 étapes de l’expédition et que les participants ont visité des communautés autochtones d’un océan à l’autre.

Enfin, je suis reconnaissante de m’être ralliée à Canada C3 parce que cela m’a beaucoup appris sur moi-même, surtout quant à la façon dont je travaille avec les gens de la société en général. Il y a bien sûr eu des moments de tension, mais nous les avons traversés ensemble. J’ai beaucoup appris des participants que j’ai rencontrés et des communautés que nous avons visitées tout au long de la 15e étape. J’apprécie le temps que j’ai passé avec les participants et l’équipe de C3 qui ont fait de ce voyage un moment mémorable.

Ce fut en effet une expérience fantastique et l’un des moments forts de ma vie. J’aimerais également remercier Sarah Robinson, directrice de Rainwatch Consulting, d’avoir recommandé ma participation. Enfin, j’applaudis l’équipe de Canada C3 et les participants pour ce voyage épique et la création de projets et d’héritages à travers le pays.

G à D: Fille de Lillian, Andrea Menard et Lillian Howard